Julie, engagée à l’université en milieu hostile

  IFP   Sep 14, 2017   Non classé   Commentaires fermés sur Julie, engagée à l’université en milieu hostile
Julie Duchas - septembre 2017
Très attachée à son pays, Julie, 22 ans, est venue se former à l’IFP pour trouver un engagement qui corresponde à son caractère enthousiaste et combatif. Elle y a fait la rencontre de Stanislas qui l’a convaincue de rejoindre son équipe militante à la Sorbonne.
Pourquoi t’es-tu inscrite à l’IFP ?
À l’école puis à l’université, sous couvert d’informations « objectives » délivrées par nos professeurs, nous baignons dans un environnement «  marqué à gauche  ». Je savais très bien que ces discours ont plongé notre pays dans un abîme et je souhaitais alors mieux structurer mes idées pour les contrer. Étudiante en droit à la Sorbonne, j’avais une profonde envie de m’engager mais je ne savais pas comment, ni où.
Qu’est-ce que ton passage à l’IFP t’a appris ?
J’ai pu approfondir certains sujets complexes (la fiscalité, la démocratie directe, l’Islam et l’islamisme…). J’ai aussi progressé sur la manière de défendre mes convictions car, à l’université, nous n’avons jamais l’occasion de nous entraîner à faire passer un message devant les médias, ni à nous exprimer devant un public. J’ai enfin eu l’occasion d’échanger avec un autre auditeur, Stanislas, qui m’a invitée à rejoindre ses équipes militantes à la Sorbonne pour affronter les syndicats. À l’IFP on se rend compte que l’on n’est pas seul.
En quoi ton passage à l’IFP va être utile pour tes engagements à l’UNI ?
À peine sortie de ma formation, j’ai été plongée dans le grand bain du militantisme universitaire : j’ai participé activement à une élection en droit, où nous avons pu obtenir un élu. L’année prochaine sera cruciale car ce sont les élections au conseil d’administration de la Sorbonne qui se profilent. Je compte mettre en pratique les conseils concrets reçus à l’IFP et convaincre les étudiants de l’importance de réformes d’ampleur au sein de l’enseignement supérieur. À titre d’exemple, la notion de mérite doit retrouver ses lettres de noblesse.
_____________
Découvrez les portraits précédents : juin 2017 “Marie-Charlotte se mobilise au sein des Gavroches pour réinvestir un terrain laissé à la gauche : la rue“; mai 2017 “Jean-Baptiste : son engagement un métier “; mars 2017 : “Elise: le charme et la nécessité de l’engagement”; juin 2016 : “Corentin : aux âmes bien nées…” ; mai 2016 : “Maylis : face à la réalité des cités françaises” ; avril 2016 : “Léopoldine, au service du Bien commun” ; mars 2016 : “Jens, sur les campus face à l’extrême-gauche” ; février 2016 : “Loïc, un Orléanais plein d’avenir” ; janvier 2016 : “Flora, de tous les combats à 21 ans” ; décembre 2015 : “Quentin, niveler par le haut” ; novembre 2015 : “Charles, au coeur de la reconquête politique et culturelle” ; octobre 2015 : “Gonzague, réinformer et entreprendre” ; septembre 2015 : “Théophane, le souci de servir” ; juillet/août 2015 : “Humbeline, vent debout pour la transmission de notre culture

Comments are closed.