Caroline, entrepreneur engagé au service du terroir français | Institut de Formation Politique

Caroline, entrepreneur engagé au service du terroir français

  IFP   Fév 21, 2018   Non classé   Commentaires fermés sur Caroline, entrepreneur engagé au service du terroir français
Caroline s’est lancée dans l’entrepreneuriat depuis 1 an pour valoriser le patrimoine fromager français.

Caroline, quel a été votre parcours académique et professionnel ?

Fraîchement diplômée de l’ESCP, je suis partie sac au dos faire un « tour de France pain-vin-fromage » pour apprendre la fabrication au côté de producteurs : j’ai ainsi découvert   la fabrication du fromage en Savoie, la vinification à Saint Émilion mais aussi la fabrication artisanale du pain à Cucugnan. Quelle joie de découvrir tous ces métiers manuels, ces professionnels du « travail bien fait ». Puis, au hasard d’une mise en contact heureuse il y a un an, j’ai rencontré le fondateur de l’entreprise Paroles de fromagers. Un mois après, notre collaboration débutait.

Mais qu’est-ce que Paroles de Fromagers* ?

Paroles de Fromagers est une petite entreprise dédiée à l’art du fromage, appelé la caséologie (la caséine  est la protéine du lait, caséologie est l’équivalent de l’œnologie pour le fromage). Nous sommes 3 associés à faire vivre cette « fromagerie intégrale » ouverte en septembre 2017, composée d’une fromagerie traditionnelle, d’un restaurant / bar à fromages et à vins et d’une cave d’affinage. Nous animons dans ce lieu des ateliers de dégustation, des ateliers « accords fromages et vins » et des cours de fabrication. Nous proposons aussi des buffets et cocktails. Notre métier vous l’aurez compris, c’est le fromage !

Quel a été l’élément déclencheur de votre reconversion professionnelle ?

Tout est parti de la réflexion sur le transhumanisme, sujet de mon mémoire de fin d’études. Ce mouvement vise à utiliser la science pour« améliorer la condition humaine ». J’ai voulu contrer cette idéologie déshumanisante en menant un projet qui valorise profondément  : le travail de l’homme. Nous mettons en avant ce qui fait de nous des hommes, et non des machines.

En quoi les formations de l’IFP ont-elles été utiles à ton projet ?

Ces formations ont musclé ma capacité à prendre des risques. Je pense en particulier aux exercices de joute oratoire qui nous permettent de débattre et ainsi défendre, arguments à l’appui, une conviction. J’y ai aussi croisé des jeunes engagés dans la politique, les universités les médias ou encore les associations. Moi qui cherchais encore une voie d’engagement, j’ai été confortée dans cette volonté de servir. J’ai vraiment pris conscience qu’il y avait mille manières de servir la France. En transmettant le goût des produits fermiers au lait cru, j’ai le sentiment de faire coup double :  montrer que produit traditionnel et entreprenariat font la paire et faire honneur à la gastronomie française.

* Paroles de Fromagers, 41 rue du Faubourg du Temple, 75010 Paris.

Découvrez les portraits précédents :

novembre 2017 Charlotte : une autre voix dans les médias“; septembre 2017 “Pour Augustin, transmission et amour de son pays sont indissociables” “Julie, engagée à l’université en milieu hostile“; juin 2017 “Marie-Charlotte se mobilise au sein des Gavroches pour réinvestir un terrain laissé à la gauche : la rue“; mai 2017 “Jean-Baptiste : son engagement un métier “; mars 2017 : “Elise: le charme et la nécessité de l’engagement”; juin 2016 : “Corentin : aux âmes bien nées…” ; mai 2016 : “Maylis : face à la réalité des cités françaises” ; avril 2016 : “Léopoldine, au service du Bien commun” ; mars 2016 : “Jens, sur les campus face à l’extrême-gauche” ; février 2016 : “Loïc, un Orléanais plein d’avenir” ; janvier 2016 : “Flora, de tous les combats à 21 ans” ; décembre 2015 : “Quentin, niveler par le haut” ; novembre 2015 : “Charles, au coeur de la reconquête politique et culturelle” ; octobre 2015 : “Gonzague, réinformer et entreprendre” ; septembre 2015 : “Théophane, le souci de servir” ; juillet/août 2015 : “Humbeline, vent debout pour la transmission de notre culture

Comments are closed.